Dernières lettres, hiver 1887-hiver 1889

By Friedrich Nietzsche

Dans ce quantity, le lecteur découvrira une partie encore inédite en français de l’ultime correspondance de Nietzsche (janvier 1887 / janvier 1889). Pour l. a. première fois, les lettres à Ferdinand Avenarius, Jean Bourdeau, Georg Brandes, Carl Spitteler, August Strindberg, Hippolyte Taine et Helen Zimmern ainsi que les « billets de los angeles folie » sont présentés dans leur intégralité.

Ces Dernières lettres constituent un témoignage exceptionnel sur los angeles manière dont Nietzsche entendait parfaire son œuvre. On y voit remark le philosophe a abandonné le projet de l. a. volonté de puissance pour se consacrer à celui de L’inversion de toutes les valeurs qu’il présente comme son « œuvre principale » et qui verra le jour sous l. a. forme de L’Antichrist. Durant ces deux dernières années d’enthousiasme spéculatif, jusqu’à « l’effondrement » de janvier 1889, Nietzsche confia à tous ses amis, à ses lecteurs et ses éditeurs, l’avancée de son travail mais aussi ses doutes, ses échecs. Les lettres qu’il leur écrivit sont ainsi les témoins privilégiés du déploiement de sa réflexion. Elles montrent remark Nietzsche pensait, avec Crépuscule des idoles, Ecce Homo et L’Antichrist, avoir surmonté l’abandon de los angeles volonté de puissance et « achevé » sa philosophie, invalidant par là un préjugé tenace selon lequel celle-ci ne le serait point.

Cette correspondance incite donc à reprendre à nouveaux frais los angeles lecture de ces trois ouvrages dans une point of view singulièrement différente. Complétant les derniers Fragments posthumes, les lettres de décembre 1888 apportent enfin de précieuses symptoms sur ce que fut le dernier grand projet de Nietzsche, à savoir l. a. « Grande Politique ».

Show description

Quick preview of Dernières lettres, hiver 1887-hiver 1889 PDF

Best Philosophy books

Philosophical Temperaments: From Plato to Foucault (Insurrections: Critical Studies in Religion, Politics, and Culture)

Peter Sloterdijk turns his willing eye to the background of western notion, engaging in colourful readings of the lives and concepts of the world's such a lot influential intellectuals. that includes nineteen vignettes wealthy in own characterizations and theoretical research, Sloterdijk's companionable quantity casts the advance of philosophical pondering now not as a buildup of compelling books and arguments yet as a lifelong, intimate fight with highbrow and religious activities, jam-packed with as many pitfalls and derailments as transcendent breakthroughs.

Cut of the Real: Subjectivity in Poststructuralist Philosophy (Insurrections: Critical Studies in Religion, Politics, and Culture)

Following François Laruelle's nonstandard philosophy and the paintings of Judith Butler, Drucilla Cornell, Luce Irigaray, and Rosi Braidotti, Katerina Kolozova reclaims the relevance of different types normally rendered "unthinkable" by way of postmodern feminist philosophies, akin to "the real," "the one," "the limit," and "finality," therefore seriously repositioning poststructuralist feminist philosophy and gender/queer experiences.

History of Shit (Documents Book)

Written in Paris after the heady days of pupil rebel in may well 1968 and prior to the devastation of the AIDS epidemic, heritage of Shit is emblematic of a wild and adventurous pressure of Seventies' theoretical writing that tried to marry idea, politics, sexuality, excitement, experimentation, and humor. substantially redefining dialectical proposal and post-Marxist politics, it takes an important--and irreverent--position along the works of such postmodern thinkers as Foucault, Deleuze, Guattari, and Lyotard.

The Puppet and the Dwarf: The Perverse Core of Christianity (Short Circuits)

Slavoj Žižek has been referred to as "an educational rock celebrity" and "the wild guy of theory"; his writing mixes wonderful erudition and references to popular culture with a view to dissect present highbrow pieties. In The Puppet and the Dwarf he deals an in depth studying of modern day non secular constellation from the point of view of Lacanian psychoanalysis.

Extra info for Dernières lettres, hiver 1887-hiver 1889

Show sample text content

C’est pour cela que, naturellement, je pourrais foncièrement n’être qu’un musicien manqué154 – Avec l’expression de ma considération ancienne et inchangée. 27. À FÉLIX MOTTL À KARLSRUHE [Autour du 20. 10. 1887] Cher Monsieur, – qu’allez-vous penser de moi, si, me souvenant de vos vénérables lignes de l’hiver dernier155, j’ose vous envoyer aujourd’hui ma propre musique ? Tenez-vous cet hymne d’un philosophe pour attainable, pour apte à être chanté, écouté et dirigé ?... Personnellement, je l’envisage tout à fait, mieux encore, je souhaite que ce morceau de musique puisse intervenir en tant que complément, là où los angeles parole du philosophe, à l’instar de toute parole, reste nécessairement floue. L’affect de ma philosophie s’exprime dans cet hymne. Avec l’expression de ma considération distinguée, votre dévoué Prof. Dr. Nietzsche Adresse : great (France), Pension de Genève 28. À ERWIN ROHDE À HEIDELBERG [11. eleven. 1887] great le eleven nov. 1887 Cher ami, il me semble que j’aie encore, quelque half, à me racheter envers toi pour ce printemps156 ? Pour te montrer que je ne manque pas de bonne volonté, je t’envoie par l. a. présente un livre venant de paraître157 (– peut-être suis-je, en plus de tout cela, également fautif envers toi, vehicle il est étroitement associé à celui que je t’ai envoyé l. a. dernière fois –). Non, ne t’éloigne pas de moi à l. a. légère ! à mon âge, et dans mon esseulement, l. a. moindre des choses est que je ne perde plus les quelques hommes en qui j’ai ecu confiance un jour. Ton N. Nota bene : sur Taine, je te prie de revenir à l. a. raison. Le style de grossièretés que tu écris et penses à son sujet m’agace. De même que je pardonne au Prince Napoléon ; je ne le fais pas pour mon ami Rohde. Celui qui se méprend sur ce style d’esprit dur et généreux (– Taine est actuellement l’éducateur de tous les caractères scientifiques sérieux de France), celui-là, je ne croirais pas facilement qu’il comprenne quelque selected à ma propre tâche. Franchement, tu ne m’as jamais dit un mot qui m’aurait autorisé à supposer que tu savais quel destin pesait sur moi. T’ai-je jamais fait un reproche à ce sujet ? Pas une seule fois en mon cœur ; et ne serait-ce qu’en vertu du fait que je n’y aie jamais été habitué par personne d’autre. Qui aurait jusqu’ici partagé ne serait-ce que d’un millième de ardour et de souffrance avec moi ! Quelqu’un a-t-il deviné ne serait-ce qu’une lueur de l. a. véritable raison de mon lengthy dépérissement, duquel je me suis tout de même peut-être rendu maître ? J’ai quarante-trois années derrière moi, et suis exactement aussi seul que je l’étais enfant. – 29. À FRANZ OVERBECK À BÂLE [12. eleven. 1887] great, le 12 nov. 87 Pension de Genève Cher ami, pour ton anniversaire158, j’ai déjà envoyé par avance quelques petits cadeaux : l’Hymne à l. a. vie (l’Hymne a pour vocation d’être un jour chanté � à ma mémoire » : disons dans quelque cent ans d’ici, quand on air of secrecy compris de quoi il s’était agi avec moi), de même que le nouveau (et pour longtemps le dernier) livre159. Aujourd’hui, je n’ai pas seulement mes vœux, à joindre à ta prochaine année (pour ta santé, pour ton strive against contre les rhumatismes et l. a. scolastique160 !..

Download PDF sample

Rated 4.29 of 5 – based on 11 votes